Traversée des Pyrénées entre GR et HRP

Traversée des Pyrénées entre GR et HRP

Etape 21 : Refuge de La Restanca - Refuge de Conangles

Mercredi 8 Juillet 2015

Etape 21 : Refuge de La Restanca – Lac de Mar – Colhada de Lac de Mar – Lac Tort de Rius – Port de Rius – GR11 – Hospital de Vielha – Refuge de Conangles

 

Nouvelle bonne nuit, étonnamment chaude, nous nous levons à 7h10. On quitte le refuge de la Restanca sous une brume diffuse à 8h38. Nous laissons le GR11 de la veille pour emprunter le sentier des lacs. Le GR11 serait tout indiqué en cas de très mauvais temps. On contourne l’étang de La Restanca par la gauche, puis l’on monte par un bon sentier en direction du Lac de Mar. Durant l’ascension d’un petit col sans nom, nous sortons de la mer de nuages et l’on aperçoit le magnifique décor qui nous entoure. Cela me rappelle les sentiers, avec les pins à crochets, que l’on trouve dans la partie orientale des Pyrénées.

IMG_5470.JPG

On franchit ce col sans nom et l’on découvre le lac de Mar. Superbe couleur de l’eau allant du turquoise à l’azur. La clarté de l’eau rappelle bien celle de la Méditerranée, d’où son nom si bien porté. J’attendais depuis longtemps la découverte de cet étang, je ne suis vraiment pas déçu.

DSCF9351.JPG

Même si le niveau de l’étang n’est pas à son plus haut, il n’en demeure pas moins superbe. On contourne l’étang par la gauche et l’on va de surprise en surprise, ici une crique puis une autre, là une plage silencieuse. Chaque pas est une découverte. On se verrait bien faire du bateau à voile sur cette eau limpide !

IMG_5473.JPG

Nous arrivons à l’autre extrémité de l’étang où ce serait idéal de bivouaquer si c’était autorisé. Nous sommes exactement sous le Besiberri Nord ; 800 mètres de dénivelé nous séparent de sa cime. Il paraît si proche et tellement impressionnant avec sa face inaccessible et ses arêtes déchiquetées. Un monstre austère de roches noires. Son ascension n’est pas au programme du jour, alors on part vers le col suivant.

IMG_5476.JPG

 

Lac de Mar et Montardo au fond

IMG_5478 Panorama.JPG

 

IMG_5484.JPG

L’ascension de ce col demande un peu d’énergie car « les marches » sont hautes. Marc se fait un malin plaisir à nous devancer et nous regarder peiner comme la veille. Il faut dire qu’il connait si bien qu’il peut jouer avec la difficulté, nous, nous devons gérer. C’est réellement bien raide sur la fin mais à 10h57, en 1h57 depuis le refuge, tout le monde se retrouve au col d’Estany de Mar.

DSCF9358.JPG

Il y a des cols qui valent des sommets, celui-ci en fait partie. Tant d’efforts ont bien mérité une pause contemplative sur les 2 versants. Il faut bien dire que ces deux versants lacustres sont si beaux, que la contemplation va de soi.

IMG_5487.JPG

Puis nous repartons à 11h26 en direction des prochains étangs, les deux originaux étangs de Rius. La descente sur le lac Tort de Rius le bien nommé est une formalité. Cet étang est tellement vaste et long qu’on a l’impression qu’il s’agit parfois d’une succession de lacs. Ce sera au bord de cet étang que nous nous arrêtons pour y prendre le repas à midi précise, après 2h30 de marche. Durant le repas, une légère brume viendra jouer sur la surface de l’eau, au point de donner un air de Loch Ecossais à notre étang Catalan. Rien ne presse alors on traine jusqu’à 13h10. Nous n’avons plus de réelle montée qui nous attend. 

 

L'estany Tort et le Besiberri Nord au fond

IMG_5490.JPG

 

La suite de la journée se passe le long de l’estany Tort, puis au niveau de l’émissaire du Lac de Rius, nous faisons la jonction avec le GR11. On constate d’ailleurs que les eaux des étangs coulent vers l’Est, c’est-à-dire allant alimenter la Garonne alors que nous sommes proches de l’Aragon et donc ces eaux échappent en partie à l’Espagne. Ce nouvel étang a une couleur turquoise du plus bel effet. Vraiment les couleurs des étangs n’en finissent pas de nous surprendre. Le Port de Rius est atteint à 14h17 en 3h37, à l’issu d’un faux plat imperceptible. Il ne reste plus qu’une longue descente vers le refuge de Conangles. C’est ici également que l’on quitte définitivement le plus grand secteur lacustre des Pyrénées, avant de rentrer dans un grand secteur fait de glaciers et de pics trimillénaires. J’en profite pour observer attentivement le versant opposé où nous sommes car ce sera le programme de la matinée suivante et je serai seul à guider cette fois. Le Tuc de Molières semble un mur vertical. Il faudra bien trouver la faille dans la cuirasse pour le franchir !

IMG_5496.JPG

La descente que nous dévalons au pas vif de Marc est quelque peu monotone, voire même casse pattes. Nous avons 800 mètres à perdre, alors le mieux encore est de les perdre vite. Quand nous arrivons en fond de vallée, nous sommes agréablement accueillis par des champs fleuris d’iris des Pyrénées. Quelle beauté ! Ceux sont les premiers que l’on rencontre cette année, la seconde fois dans la traversée depuis ceux de la vallée de Sorteny en Andorre. Des fleurs superbes au mauve étincelant.

Iris.JPG

Puis l’on glisse sur notre gauche dans la fraicheur d’une forêt de hêtres jusqu’au refuge forestier de Conangles. Nous parvenons au refuge à 15h50 après 5h03 de marche. C’est une courte étape finalement, néanmoins elle restera marquée par la brève mais sévère montée du col de Lac de Mar.

Aujourd’hui il a fait moins chaud que les jours précédents, mais toujours aussi beau. Un léger vent, parfois frais, a même soufflé de temps en temps pour nous rappeler que nous étions toujours à une altitude respectable. On échange avec Marc quelques bières de l’amitié mais il a de la route à faire ce soir. Il termine là son expérience en notre compagnie.

DSCF9374.JPG

On récupère nos crampons et piolets laissés 2 jours plus tôt dans sa voiture et on prend congé de notre ami et guide. Pour le moment, le refuge semble vide mais il va se remplir subitement à l’heure du repas. Il faut dire qu’il se trouve au bord d’un parking et que touristes et cyclistes peuvent s’y rendre sans difficulté. D’ailleurs c’est plus un établissement hôtelier qu’un véritable refuge de montagne. Nous partageons la soirée à table avec un Catalan et un Israélien qui semblent se connaître car ils se rencontrent régulièrement un soir sur deux. Le dialogue avec l’Israélien est difficile car notre niveau d’anglais lamentable ne permet pas de vraiment échanger, alors nous communiquons beaucoup avec les mains. Avec le Catalan c’est différent, il est peu loquace mais après avoir lancé un débat sur le football et un autre sur la corrida, on ne pourra plus l’arrêter. Il suffisait de viser juste. On monte se coucher à 21h30, la tête déjà bien remplie de bons souvenirs.

 

Carte_J21.JPG

 

La journée en chiffres :

Temps de marche : 5h03 - Distance : 17,1 km - Vitesse : 3,4 km/h

Dénivelé positif : 654 m - Dénivelé négatif : 1081 m

Altitude maxi : 2502 m - Altitude mini : 1555 m

 

Etape précédente - Etape suivante



12/06/2013
6 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres