Traversée des Pyrénées entre GR et HRP

Traversée des Pyrénées entre GR et HRP

Etape 6 : Refuge d'Ull de Ter - Eyne

Mardi 16 juillet 2013

Etape 6 : Refuge d'Ull de Ter - Coll de la Marrana - Pic du Géant - Pic de Fresers - Pic de l'Enfer - Pic de la Vaca - Coll de la Vaca (appelé aussi coll de Carança) - col de Nou Founts - Pic de Nou Founts - Pic d'Eyne - col d'Eyne (appelé aussi coll de Nuria) - Vallée d'Eyne - Eyne

 

Encore une journée exceptionnelle en terme d’altitude, puisque c’est celle où nous allons passer l’essentiel de la journée à plus de 2700m, franchissant de nombreux sommets de plus de 2800m. Comme tous les jours, ce sera la météo qui donnera le rythme à la journée. Levés à 6h30 après une nuit reposante, nous quittons le chalet à 7h45. Nous prenons la direction du col de la Marrana en suivant le balisage du GR11. Tout en montant au col, on observe les premiers isards en contrebas. Le col est atteint à 8h17 en seulement 32 minutes.

au col de la marrana.JPG

Comme le ciel est encore bien bleu et les nuages épars, on prend la décision de partir sur les crêtes pour une intégrale à haute altitude. Premier sommet, le pic du Géant ou Bastiment à 8h56, seulement 1h06 pour atteindre la cime Est. C’est le toit de la journée (2881m), mais ce que nous réserve la suite sera encore plus beau.

sommet du Géant.JPG

Comme le vent souffle, on doit se couvrir avant de continuer. On descend ensuite la crête effilée qui mène au Pic de Freser.

IMG_1986.JPG

Le vent a cessé, il faut nous dévêtir pour plus de confort, puis nous montons sans grande difficulté le Freser. Nous suivons exactement la ligne frontière, le pied droit en France, le gauche en Espagne. Les vallées versant Nord (France) sont éclairées par des lacs glaciaires sertis dans la roche, et sont étroites, alors que leurs homologues versant Sud (Espagne) sont plus douces et couvertes de pelouse. Sommet du Freser (2835m) franchi à 10h03, en 1h56. La descente est un peu plus technique, mais en posant les mains ça passe. Nous visons le nouvel objectif et les 2869m du pic de l’Enfer ou Infern, atteint à 10h29, pour 2h15 de marche. Cela faisait très longtemps que je désirais atteindre cette cime, le 5ième plus haut sommet des P.O.

sommet de infern.JPG

C’est chose faite et de la plus belle des manières. On va de surprise en émerveillement, la journée tient toute ses promesses. Avec Yannick, on se régale d’admirer ces paysages de si haut. Au pied de l’Enfer, ce ne sont pas moins de 3 vallées qui viennent buter sur sa base, et chacune d’elles possède ses lacs. Quel plaisir pour les yeux !

IMG_1991 Panorama.JPG

 

Pic du Géant et Pic du Freser que l'on vient de parcourir

IMG_2000.JPG

 

La suite de la crête frontière est beaucoup moins technique, plus large et donc plus « roulante ». On descend au pic de la Vaca (2821m) puis au col de la Carança ou de la Vaca.

pic de la vaca.JPG

 

Il est 11h28. Le chemin à parcourir est encore long, alors on décide de presser le pas. Comme nous avons devant nous la suite du périple, il nous est facile d’observer les va-et-vient des nuages qui pourraient se transformer en orages. Au fond, sur la cime du Puigmal, le système dépressionnaire travaille mais la pluie n’est pas encore au programme.

Neu Creus.JPG

Nous ne comptons plus les isards que l’on croise, que l’on domine, que l’on surprend, tant ils sont nombreux sur les deux versants de la frontière. Nous en avons vus plus en cette journée, qu’il est possible d’en voir en une journée en Ariège, pourtant si proche. A 12h09, nous faisons la pause repas au col de Nou Founts, blottis contre le mur en pierres de la cabane. Nous en sommes à 3h32 de marche à haute altitude.

col de nou founts.JPG

Il fait froid et ce n’est pas le copieux panier repas acheté au refuge qui parvient à nous réchauffer. Alors à 12h55, on repart sur les pentes du pic de Nou Founts pour se réchauffer, et ça fonctionne. On foule pour la seconde fois en deux mois, la cime du Nou Founts (2861m) après 4h exactement. Il est 13h24, et il nous parait de plus en plus probable que nous éviterons la pluie. On descend en direction du dernier sommet de cette journée exceptionnelle, le pic d’Eyne, mais également dernière remontée. Nous ne faisons que passer sur sa cime (2786m), et l’on plonge cette fois vers la longue descente du jour.

IMG_2014 Panorama.JPG

14h09, col de Nuria appelé aussi col d’Eyne, cap dans la vallée d’Eyne. La partie la plus raide est vite avalée, mais une fois le plancher atteint, le chemin à parcourir est encore long. Heureusement, le torrent, les fleurs et les marmottes sont là pour casser la monotonie. La vallée est encore très fleurie, ajoutant de la couleur à la journée.

vallée d'eyne.JPG

 

marmotte.JPG

 

Quelques gouttes sans conséquence vont tomber à 15h20, mais le soleil résiste aux assauts des orages. Avec Yannick, on redouble le pas, on vole sur les rochers, on effleure à peine le sentier.

descente vers eyne.JPG

 

Cette journée nous a comblés, et nous semblons portés par une douce euphorie. Nous arrivons au gîte d’Eyne à 16h44, terminant ainsi une journée exceptionnelle en tout point de vue, le tout en 6h43.

arrivée à eyne.JPG

L’accueil au gite est à la hauteur de la journée : exceptionnel. C’est un établissement haut de gamme, la bonne découverte de cette traversée. Des lupins, fleurs emblématique de la Cerdagne s’il en est, décorent joliment la cour de cette ancienne ferme. Nous logerons au presbytère, sous le clocher. Mais le premier de nos désirs ira vers une bière fraîche, symbole d’une journée bien remplie. Comme nous sommes dans un village, on en profite pour téléphoner à la famille, prendre et donner des nouvelles, partager un peu notre bonheur des cimes. Et les surprises ne sont pas encore finies. Le gîte est magnifique, tout le confort pour se délasser avant le repas. A 18h, l’orage éclate finalement sur la Cerdagne. Cette fois c’est impressionnant, la quantité d’eau qui s’abat du ciel est inimaginable, mais nous regardons « le spectacle son et lumière » derrière une vitre, au sec. A 20h le repas va encore nous couper le souffle. La table ressemble à celle d’un mariage, nous n’avons pas été habitués à tant de luxe.

tablée.JPG

Le repas est à la hauteur de nos estomacs. Yannick va une nouvelle fois se faire remarquer par son appétit insatiable. L’ambiance à table est bon enfant, et la soirée va même se poursuivre dans un salon, par des chants au son d’une guitare. Nous ne participerons pas, il est 23h et les paupières sont aussi lourdes que nos jambes. Heureusement, le réveil ne doit pas être aussi matinal que de coutume. C’est certainement la plus belle journée de haute montagne que nous venons de passer, la plus riche en faune, en flore, en sommets, en panorama. C’est à vivre une fois dans sa vie, je suis comblé de l’avoir vécu.

 

Carte_J6.jpg

 

La journée en chiffres :

Temps de marche : 6h43 - Distance : 23,3 km - Vitesse : 3,8 km/h

Dénivelé positif : 1266 m - Dénivelé négatif : 1835 m

 Altitude maxi : 2881m - Altitude mini : 1574m

 

 

Etape précédente - Etape suivante 



15/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres